Véla, Coimbra, Buçàco

Véla, Coimbra, Buçàco

Quelle nuit ! La fièvre du samedi soir !!! Dès 2 heures du matin, impossible de fermer l'oeil sur l'aire de stationnement. La distraction de la jeunesse portugaise de Aveiro doit être pourrir les nuits des camping-caristes ! Moteurs à fond, voix tonitruantes jusqu'à un karaoké à 4 heures du matin, tout autoradio hurlant et « greluches » piallantes !

Se préparer et partir pour Figuera da Fos ? Un peu tôt quand même pour profiter du paysage....

Autant dire que ce n'était pas le jour à me casser les pieds ! Le GPS ouvre le bal !!! Il ne trouve aucune route gratuite entre Aveiro et Figuera alors que moi j'ai une belle N 111 !!! On va se passer de lui, c'est clair !

La route est belle, hyper roulante. Nous longeons, d'après la carte, un cordon de dunes. Allons voir...

Lago de Véla 

A Tocha, nous bifurquons en direction du Lago de Vela et de la pinède. La route est étroite et « tape » un peu. Par contre, les pins sont de toute beauté. Nous arrivons au bord du lac couvert de nénuphars. Nous nous garons sur un parking pour les pêcheurs où il aurait été vraiment très bon de passer la nuit. Quelle sérénité au bord de ce lac dans la pinède !

Amis camping-caristes : pas de point GPS de cet endroit. Il vous faudra le chercher et le garder secret pour lui conserver tout son charme...

Figuera da Fos

Figuera da Fos sera l'occasion de tremper les pieds dans l'océan. Il est froid encore ! A part çà...Bof ! Une caserne des pompiers étrange, quelques beaux bâtiments de style Art Déco...Au marché, nous achetons deux poissons « rouges » dont nous ne comprenons pas le nom. La poissonnière indique qu'il faut les cuire à la plancha, en crapaudine, rapidement de chaque côté. En effet, ils seront vite cuits ; la chair est ferme, dense, le goût délicat, un peu comme une langouste.

Coimbra

A Coimbra, le parking à camping-cars est envahi par des camping-caristes portugais, installés comme au camping : auvents ouverts, haubanés, tables, transats et barbecues déballés, raccordés sur l'électricité... Curieux ...Pas question pour moi de dormir ici ! Niet catégorique !!! D'autant que c'est concerto de chiens ! Ils me veulent quoi ceux-là ???

Lassés des églises, nous optons pour la visite de la vieille université, que nous rejoindrons par une grimpette terrible le long de ruelles pavées. Le soleil tape fort aujourd'hui !

L'université a été créée en 1290, à Lisbonne, par Dinis 1er. Elle déménagera à Coimbra en 1308 ; elle sera finalement installée, en 1537, dans l'ancien palais royal. Elle restera la seule université du pays jusqu'en 1911 et jouera un rôle important lors de la révolution des oeillets en 1974.

La bibliothèque Joanina est époustouflante ! Elle abrite 300 000 livres dont les plus anciens datent du XVI° siècle. L'intérieur est un summum du baroque avec des rayonnages en bois sculptés, des plafonds en trompe l'oeil, des escaliers camouflés permettant l'accès aux mezzanines et des échelles pour atteindre le haut des rayons cachées dans les montants de ces derniers.

La température est de 18 à 19°, hiver comme été, et l'hygrométrie de 60% ! Y compris le nombre de personnes présentes au même moment dans le lieu est sévèrement contrôlé...Donc...Photo interdite !...Fallait pas me mettre en rogne avec une mauvaise nuit !...Où sont les caméras ?...Ici...Donc là : je suis hors champ ! Et la cerbère ? Occupée ailleurs...Clic !

Idem pour la chapelle ! C'était même plus facile puisque le cerbère est sorti de la pièce 3 minutes ! Çà lui apprendra à bosser à celui-là !

Nous nous glissons aussi dans les cachots réservés aux étudiants ! Pas une seule fenêtre...pas de lumière du tout ! Il valait mieux filer droit ici ! Encore une photo pour la peine !!!

Nous rejoignons le camping de Coimbra. Le wifi est au top ! Le camp aussi ! Des coins barbecues/cuisines avec hottes filtrantes sont à disposition des campeurs ! Je vais me laver la tête avec délectation !!! Parce que côté couleur flamboyante et jolis cheveux...Aïe !!! Entre les embruns, le vent desséchant, l'eau dure et le crachin, faut voir les dégâts !!! Si malgré de bons soins, rien n'y fait, ce sera chignon ou chapeau le reste du voyage...Enfin, vu le vent...Ce sera chignon !

Le moustique sévit aussi depuis Aveiro ! Le portugais est débonnaire, un peu molasson...Il tourne, vire, dédaigne sa proie...Bof !...Ce n'est qu'une fois qu'il est bien gavé de votre sang que vous vous rendez compte, mais un peu tard, de son forfait !

Forêt de Buçàco  

Un fin crachin nous accompagne jusqu'à Luso et à la forêt de Buçaco. Quel bel endroit que ce site protégé. L'accès est payant : 7€ pour le camping-car. Si on le demande, on peut être autorisé à passer la nuit sur le site.

Le parc s'étend sur une bonne centaine d'hectares et compte plus de 700 espèces différentes, dont des fougères arbustives ressemblant à des palmiers nains !

La forêt était hantée par des Hermites au Moyen-Age. Elle reviendra à l'évêché de Coimbra au XI° siècle. Une bulle pontificale interdit le site aux femmes en 1622...Il se prend pour qui celui qui bulle ???... Pour lui faire la leçon, six ans plus tard, les carmes, donc des femmes, le défient et construisent le monastère, plantent des espèces exotiques venues de tous les continents et dressent une muraille dans la forêt !

C'est en 1834 seulement que le domaine reviendra à la Couronne Portugaise et que sera édifié le palace-hôtel.

Nous n'hésiterons pas à grimper au point culminant de la forêt par un étonnant chemin de croix...45 minutes de marche soutenue pour environ 3 Kms...Quelle vue du sommet ! La statuaire du chemin de croix est étonnant : remarquez le réalisme de l'expression des statues de terre ! Les photos sont hélas prises à travers le grillage qui protège les chapelles.

Cet après-midi la température est de 30° sous abri...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site