Portimao, Ferragudo, Silvès

Portimao, Ferragudo, Silvès

 

Pour carillonner...C'est un tintamarre de carillons qui a résonné jusqu'à 22H. Pas celui des nonnes ! Celui des bips de fermeture des voitures des badauds ! Jamais nous n'avons vu autant de monde devant un coucher de soleil !!! Puis, telle une envolée de moineaux, tous les badauds sont partis...Créant quasiment un embouteillage et... Nous avons enfin été seuls sur le cap, point le plus à l'ouest de l'Europe. Le faisceau du phare a illuminé notre nuit, concurrençant ainsi la lune.

A Portimao, la chaleur nous écrase. Nous jetons notre dévolu sur le musée de la ville. Le musée occupe les anciens locaux de la conserverie de sardine ; la scénographie lui est essentiellement consacrée. La présentation est très bien faite du déchargement des poissons dans des paniers d'osier à la mise en boite, en passant par la confection des boites en fer et l'éviscération des sardines. Un très bon moment ! La ville en elle même est peu attrayante ; aussi avons nous traversé le pont pour visiter Ferragudo, plus attachante à nos yeux. Son port de pêche artisanale fonctionne encore. Nous avons chercher un peu d'ombre dans les ruelles. Le mercure grimpe ferme …

C'est l'aire de camping-car de Silves que nous choisissons pour attendre la chute des températures. De beaux emplacements avec tous les services, un accueil des plus sympathique, le wifi à disposition, des tables pique-nique et des oliviers à l'ombre propice....La visite de Silves attendra la soirée !

Etant très proche de la borne du wifi, j'en profite pour mettre à jour le blog réservé à nos proches. Le signal est excellent ; çà devrait aller vite. Eh bien, pour le wifi aussi c'est l'heure de la sieste. Au bout d'une heure, seules quelques photos , « allégées » comme il se doit,  sont téléchargées ! J'enrage...en vain ! Internet à pleine puissance est un mythe ici aussi.

La température baisse enfin au fur et à mesure que le soleil décline. Silves est une ville perchée sur une colline, entourée de vergers, et au pied de laquelle serpente l'Arade, un fleuve poissonneux à souhait. L'influence maure est très présente ne serait-ce que par l'imposante forteresse de grès rouge qui domine. Avant la reconquista, Silvès était la capitale de l'Al-ghrab musulman : le royaume de l'Algarve. En 1189, après l'avoir conquise, Sancho 1er rase la ville et détruit une vingtaine de mosquées. Seule la citadelle a été épargnée. En 1191, les Maures reprennent la ville qui ne redeviendra chrétienne qu'en 1248. Par le port transitait tout le bois de la serra. Il s'est envasé peu à peu...Ainsi déclina la ville ! Elle reste cependant un centre culturel important et fête chaque année sa bière ! Cette dernière, à la fois légère et puissante, est servie dans des bocks très particuliers en grès. Elle est la bienvenue pour étancher notre soif après l'ascension de la citadelle ! Le bar comporte une cour intérieur, agrémentée d'une fontaine. Il nous a immédiatement renvoyé à nos souvenir du Maroc.

Dans cette paisible bourgade, la horde de chiens errants que nous rencontrons est paisible. A peine, un des chiens lèvera-t-il une paupière à notre passage...Ce n'est pas le cas des cigognes ! Ici aussi, elles sont très présentes. L'un de nos étonnement est la quantité de cigognes nichant au Portugal ! L'Alsace est belle est bien battue à plate couture. Nous aurons le plaisir d'observer y compris la cigogne noire. Et figurez vous que la cigogne est très bruyante...Elle claque sans arrêt du bec d'un claquement sec et rythmé : clac-clac...clac-clac...Clac-clac-clac !

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×