Lisbonne

Lisbonne

Lisbonne a été bâtie sur 7 collines sur la rive droite du Tage, autre fleuve important du Portugal. Inutile de vous dire que çà grimpe dur à Lisbonne ! Lisbonne est faite de contrastes : richesse et pauvreté extrêmes (pauvres hères vêtus de sacs poubelles, mendiants en tout genre...), l'Alfama pittoresque et presque sauvegardé avec ses boites à fado, Graçà populaire à souhait, Baixa chic, animée et commerçante, des édifices en ruine cotoyant des immeubles restaurés à grand frais. Nous avons évité certains trottois de peur de recevoir des parties de façade sur la tête !

Aussitôt débarqués Plaçà da Figueira, nous avons acheté la carte de transport multi-modale « sete collines e viva viagem » dans un distributeur automatique du métro. Stupeur ! Ni la mastercard, ni la visa ne sont acceptées...Et bien sûr, aucun guichet en vue et encore moins un agent. Ce sont des jeunes Français qui nous ont briefés et conseillés sur le choix du ticket et le fonctionnement de l'automate. Comme la carte est valable 24H, selon l'heure à laquelle on la prend ou la renouvelle et le programme de la journée (visite à pied d'un seul quartier ou trajets à travers toute la ville), il est facile d'économiser une journée. Au rechargement de la carte, c'est le billet de 20€ qui a été refusé ! L'automate ne veut que des billets de 10€ maximum ! GRRR !

Tiens...C'est quoi cette structure métallique bizarre ? Une machine inventée par Jules Verne pour aller sur Mars ? Construit en 1907, l'élévateur de Santa Justa est une dentelle de fer dans ses moindres détails. L'ascenseur est piloté par un liftier qui actionne un volant de manoeuvre comme dans les bateaux ! Au début, l'élévateur fonctionnait grâce à une turbine à vapeur ; il est désormais électrique. Et ce n'est pas Eiffel qui l'a construit mais un de ses élèves : Raoul Mesnier du Ponsard!Du sommet nous avons admiré la vue sur Lisbonne...Et compris sa complexité !

Le meilleur moyen de se repérer est encore de parcourir la ville de part en part avec la typique ligne 28E qui part du quartier Mouraria pour rejoindre Estrela, de l'autre côté de la ville, en passant par Alfama, Graçà, Baixa, Rossio, Chiado et Bairo Alto. Sauf que ce trajet se mérite ! Le tram ne peut contenir que 58 personnes maximum. Nous avons donc sagement fait la queue presque ¾ d'heure et pris la ...3ème voiture !!! Cette mini rame est en tôle jaune canari, bois et cuivre pour le poste de pilotage. Aucune vitre aux fenêtres...Peut être à cause de la belle saison...La mécanique brinquebale à tout rompre sur ses rails, aborde des virages impossibles en épingles défiant toutes les lois sur la motricité, frôle les étals, passants ou voitures, s'arrête au sommet des côtes pour attendre une voie parfaitement dégagée et, enfin, s'élance dans un plongeon « de la mort » à « fond les manivelles », histoire d'avoir suffisamment d'élan pour grimper de l'autre côté. Un vari dessin animé de Tex Avery !!! Nous avons retenu notre souffle et fermé les yeux plusieurs fois ! Nous avons même eu droit à un recul en règle en pleine côte de notre tram...Pour cause d'élan coupé en pleine ascension ! Nous avons admiré la dextérité du wattman (une femme !) actionnant boutons et manettes dans un ballet soutenu. Et...Nous avons atteint le terminus de la ligne ! Tout le monde  descend ! En plein quartier où ce jour là, tout était désert...Et sans autre mode de transport en vue alors que nous pensions faire une boucle... On fait quoi ?!?!...Ben ! Pardi ! Comme dirait Guignol : «  en descendant, montez donc ! ». Rebelote dans le même 28E, en sens inverse...Quand on aime...

Nos pérégrinations nous ont emmenés devant un autre « monument historique » : le funiculaire de Lavra. Il est le tout 1er de Lisbonne et a été édifié au 19° siècle. Un peu délaissé par les touristes au profit de celui de Gloria, il offre cependant une sacrée montée. Nous sommes redescendus à pied par la calcada do lavra toute ornée de splendides grafs.

Au retour, j'ai cuisiné une caldeira, sorte de bouillabaisse portugaise. Sauf que...la « soupe de poissons » était encore congelée et des ingrédients me manquaient : les oignons, un beau poivron...C'est donc la caldeira façon Exsis que je vous propose. Faites revenir les poissons à l'huile d'olive dans la cocotte minute, réservez les. Epluchez et coupez les pommes de terres en tranches comme pour un gratin. Idem pour les tomates. Mettre au fond de la cocotte une couche de pommes de terre, puis une de tomates, puis une de poisson et alternez ainsi de suite. Ail, sel, poivre, fines herbes, piment d'espelette (ben quoi ??? C'est façon Exsis pas portugaise). Arrosez d'un bon verre de vin blanc. Fermez la cocotte et comptez 20 à 30 minutes, à fond de feu, dès que la cocotte siffle. Un régal !

De quoi attaquer la journée du lendemain en pleine forme. Et il fallait bien ! Nous avons grimpé l'Alfama à pied, en prenant les rues, les culs de sacs, les escaliers, en long, en large, en montée, en descente, les oreilles emplies du fado qui envahit le quartier.

Ici, la plus vieille conserverie de Lisbonne ! 80 ans que çà dure au moins ! Les boites de sardines, thon et autres poissons s'étalent du sol au plafond sur des étagères de bois sculpté. Toutes sont pliées dans un papier sérigraphié...à la main ! Une mamie sans âge, mais très coquette, s'en occupe ! C'est un cliché pour les touristes ? Même pas ! J'ai posé la question : toutes les boites sont emballées manuellement ! Et toute la famille s'y colle !

Là, la maison des parents de Sao Antonio, celle aussi où il est né. C'est le grand patron de Lisbonne. On le trouve partout : impossible de le louper ! En concurrence avec Sao Vincente, toutefois ! Les reliques de ce dernier sont conservées dans la Sé, austère à souhait !

Sao Antonio a fait un miracle dans l'Alfama...Mais on n'a pas compris lequel... En tout cas, il est fêté et vénéré 3 jours durant à partir du 12 Juin.

Nous voici enfin tout en haut : au castello Sao Jorge. Nous pénétrons dans l'enceinte...Elle constitue le plus vieux quartier de Lisbonne avec ses maisons anciennes, ses ruelles pavées où il fait bon flâner. Toutes les habitations sont décorées pour honorer Sao Antonio, mais aussi pour la fête nationale portugaise fixée au 10 Juin. On est en plein dedans ! Les préparatifs vont bon train. Des buvettes s'installent partout, avec des sonos, des barbecues. Les sardines grillent...Une voiture est coincée dans une ruelle... Des jeunes la chahute et la secoue un peu. Quand finalement, le conducteur s'est dégagé...Il a détallé à la poursuite des trublions...Qui n'avaient pas attendu leur reste ! Quelles belles scènes de vie depuis ce matin ! Et quelles engueulades auxquelles nous ne comprenons rien ! Les gestes suffisent à nous amuser !

Idem au restaurant de St André (encore un saint!) situé en dehors de l'enceinte du château, le long de la muraille. Le cuisinier grille poulet, tentaculos (poulpe), morue dans un énorme barbecue sur la terrasse...Au charbon de bois ! Il faut le voir activer son feu, surveiller la bête sur le grill...

Plus loin, toujours le long de la muraille, une porte ouverte sur un escalier nous invite à la visite à condition de rester « tranquille ». Nous pénétrons sur la terrasse d'une maison de charme, dans un jardin bien entretenu et profitons tranquillement du panorama que les propriétaires ont la gentillesse de nous offrir.

Toujours à pied, nous avons rejoins le populaire quartier de Graçà et avons délaissé « l'itinéraire » à touristes pour nous perdre dans les rues et cul de sac...Nous avons découvert la vraie vie, celle avec les ivrognes qui refont le monde à grand coup de bière (la Sagres), des toxicos, de la mixité sociale et de la débrouille.

Pour finir cette journée, nous avons pris un tram « moderne » pour rejoindre Belem et le monastère de Jeronimos. Ce dernier a été miraculeusement épargné par le tremblement de terre de 1755...Heureusement pour nous ! Le mot qui vient de suite à l'esprit est : grandiose ! Sa construction a été décidée en 1496 par le roi Manuel 1er (style manuelien donc!), boosté par le retour des Indes de Vasco de Gama ...Et les richesses qui remplissaient les soutes de ses navires quand même !

D'ailleurs un énorme monument, au bord du Tage, glorifie les grands navigateurs portugais et, en premier lieu, Henri le Navigateur, posé en figure de proue.

Au bout du quai, une « folie » manuelline : la Tour de Belem. Edifiée en 1515, au milieu du fleuve, elle se retrouve maintenant sur la rive ! Un miracle ? Peut être ... Le tremblement de terre de 1755 l'a secouée. Elle a résisté...C'est donc le lit du fleuve qui s'est déplacé en 1755, pas la maison !!! Elle servait d'habitation au capitaine du port qui ,du haut de la terrasse, au 5éme étage, observait les mouvements dans l'estuaire.

Après les kms de dénivelés enchainés à pied hier, nous avons été plus sages aujourd'hui. Nous avons pris le métro pour rejoindre à Campo Santa Clara (tiens une sainte ! Çà change!) la Feira da Ladra : la foire de la voleuse. Autrement dit le marché aux puces ! Immense, dans toutes les rues du quartier, et sur la place Santa Clara. De tout : fripes, céramiques, azulejos, artisanat...Du beau et du moche...Et des « figures » comme cette « Ladra », assise à l'ombre entre deux voitures, un œil sur son magazine, l'autre sur son étal. On s'est régalé ! Avec un regret : celui de ne pas comprendre les échanges hauts en verbe entre les « ladre » !

Quelques danses folklorique, un détour à la pâtisserie de Bélem réputée pour ses pastéis de Bélem et...Il est temps de poursuivre notre voyage vers Sétubal et Faro.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site