Evora, Marvao

Evora, Marvao

Ce billet est dédié à nos amis André et Monique Bonnetat pour les remercier de leur insistance à nous engager à visiter la chapelle des os.

Ce matin, les chants de tourterelles nous réveillent. Il est encore tôt et, curieusement, la température est devenue acceptable. Je ne peux pas m'empêcher, en quittant le camping, d'interpeler la personne à l'accueil sur la « propreté » des sanitaires. Il se gratte le ventre, puis la nuque, me répond « pas aujourd'hui » avec le sourire ! Les amis, çà se confirme ! Nous avons campé chez « crados et fainéantise » !

En parlant de sale, le camping-car est vraiment peu reluisant côté extérieur. Justement voici une station de lavage acceptant les véhicules hauts. Le tableau de commande est écrit en portugais mais c'est le même que chez nous : lavage, rinçage simple, anti-trace et cire. Nous commençons le lavage...Jusque là, classique : de la mousse. Nous passons au rinçage simple...De l'eau sous pression...Mais quand même...çà mousse un peu... ?!?!...Nous n'insistons pas et enclenchons le rinçage anti-trace....C'est quoi çà ? C'est quoi ce cauchemar????...De la mousse ! En quantité ! De la mousse haute pression, dense, qui nappe le camping-car !!! Horreur !!!!...Nous vérifions : c'est bien le rinçage anti-trace !!!...Nous revenons au rinçage simple...La mousse part petit à petit mais....La carrosserie, les baies en acrylique sont couvertes de traces. Nous enrageons ! Nous voici donc à essuyer le camping-car avec des microfibres, à verser de l'eau de notre réservoir avec une bouteille sur les baies pour éviter une attaque corrosive qui les abimerait à tout jamais ! Et nous pestons comme de beaux diables !!!! Au bout de trois quart d'heure d'efforts intenses, nous prenons enfin la route d'Evora.

Evora

Evora est classée à l'Unesco et, franchement, ceci est mérité. La cité est très belle avec son temple romain, son enceinte médiévale intactes, ses maisons à moucharabiehs et ses arcades.

Evora a abrité la cour du Portugal au XV° et XVI° siècle. C'était un foyer d'humanisme jusqu'à l'arrivée...Des jésuites et de l'inquisition ! Evora deviendra alors la capitale de... l'intolérance et sombrera dans une léthargie profonde !

Un peu pour faire plaisir à nos amis André et Monique, nous cherchons la chapelle des os. Nous avons visité les catacombes de Paris et l'ossuaire de Douaumont donc...Les empilements de squelettes...On connait. Nous sommes même un peu blasés pour tout dire.

Cette chapelle se trouverait sur l'un de côté de la cathédrale. André nous a prévenu : il faut chercher l'entrée, assez mal indiquée. Bon...La cathédrale est en rénovation, bardée d'échafaudages, cachée par des cabanes de chantier. Impossible de pénétrer à l'intérieur ou d'apercevoir un clocher suggérant une chapelle. On a promis donc on cherche ! Nous décidons de faire le tour du chantier et furetons dans les recoins... Là ! Un panneau minuscule, derrière un étal d'artisanat et de bouteilles d'eau. Il indique : « capela dos ossos ». Pas besoin de parler portugais pour comprendre... Nous passons une méchante porte, enjambons un tas de bois ...PFF... çà commence bien ! On ne va trouver que des gravas et des trucs crados ! Lorsque …

Nous débouchons dans  un déambulatoire bien soigné ! Et au fond, à gauche, l'entrée de la chapelle !!! Nous ne regrettons pas d'avoir insisté ! Au XVI° siècle, 5 000 personnes ont offert des crânes et des tibias pour décorer la chapelle. Ils forment des frises le long des arcs des voutes. A côté de l'autel, il y a même le crâne du Père fondateur ! Lieu absolument incroyable : André et Monique avaient raison !

Marvao

A 14H30, lorsque nous quittons Evora, le vent s'est levé ; pour autant, la température est de 43° ! Nous décidons de rejoindre le village perché de Marvao pour une halte nocturne que nous espérons fraiche. La route serpente en épingles à cheveux très serrées lorsque nous franchissons les monts puis, elle s'tire en un long ruban d'asphalte lorsque nous rejoignons la plaine. Nous n'en finissons pas de traverser d'immenses champs de céréales...Quelle monotonie ! Ah...Enfin...Nous grimpons !!! Au détour du chemin, nous apercevons Marvao sur un piton rocheux. Vue magique ! Et endroit magique aussi ! Nous stationnons sur le parking camping-car ; en fait : une terrasse arborée, aux emplacements bien délimités, des tables pique-niques, une vue à 180° sur la plaine et tous les services dont...Un panneau d'interdiction de stationner pour les...camping-cars !... ?!?!?... On a loupé quelque chose ??? A pied, nous retournons sur la route inspecter les indications. Le parking est bien là où nous sommes. En bon Français, nous faisons fi du panneau d'interdiction ! On verra bien ! IZONKA n'a qu'à être clair !

Marvao sera une des des plus belles étapes de notre périple et une des plus pittoresques. Ce village est un nid d'aigle, tout proche de l'Espagne, perché sur une éminence de la serra Sao Mamede à 900 mètres d'altitude. En regardant la forteresse, nous ne savons pas où finit la muraille et où commence le rocher.

Nous débutons la visite par le couvent de Nossa Senhora da Estrella, situé tout à côté du parking. Il a été fondé par les Franciscains au milieu du XV° siècle. La porte est ouverte...Nous...N'entrons pas !!!

Un jeune homme handicapé nous barre le chemin et nous interpelle d'un ton peu amène. Il dit quoi ? Il est très ferme, campé sur ses jambes et désigne, d'un index accusateur ...Un tas de balayures... Je finis par comprendre : en fait, il balaie la chapelle et nous interdit de marcher dans les balayures. La propreté, çà se respecte ! Je le rassure avec un beau sourire... çà suffira à nous faire entrer mais...Pas plus !

En bon cerbère, il livre, fermement, tout un tas de consignes...Nous ne comprenons que « no fotographar ». Bon ben...De toute façon, il n'y a pas grand chose à « fotographar ». Il s'éloigne...Et là...C'est plus fort que moi ! Poussée par le diable, je photographie ! Non mais !!! Le jeune revient et fonce droit sur moi. Ouille !!!

Il me parle à nouveau ...Puis me tire par le bras … !?!?...

Intriguée et amusée, je le laisse me conduire, manu militari, dans une pièce voisine. Whaou !!! Magnifique !!! Ce sont les pièces réservées aux dignitaires, totalement conservées dans leur jus, avec, dans les vitrines, les trésors du couvent. Le jeune homme est content. Pour autant, il me montre fermement les vitrines, puis le flacon de produit à vitre...Pas poser les doigts sur les vitrines : je lui indique que j'ai bien compris. Dommage qu'il soit resté avec nous...En partant, je lui montre un kakémono explicatif pour lui demander s'il existe un dépliant. Il part ventre à terre...Et revient avec une plaquette en anglais. Il veut de toute force nous vendre une carte postale en contrepartie du dépliant. Nous refusons et lui proposons 1€ pour la plaquette. Il réfléchit et, finalement, empoche l'euro. Le voici soudain pris de remord...Il nous tend une carte postale que nous refusons à nouveau avec le sourire... Nous avons bien compris : il nous a vendu quelque chose de gratuit et se demande comment justifier l'écart entre la caisse et le nombre de cartes postales. Nous réussissons à force de mimiques à lui faire comprendre qu'il peut garder l'euro ! Eh bien, à notre départ, il n'avait plus rien du cerbère ! Il était devenu un soleil tant il rayonnait !

Nous sommes partis à l'assaut de la citadelle! Les ruelles sont étroites, pavées et glissantes. En cette fin d'après-midi, nous cherchons un cyber et demandons à l'office du tourisme. L'accueil est sans pareil, d'une gentillesse incroyable. L'hôtesse nous indique deux points wifi dont l'un  dans un bar. Une bière serait bienvenue...Nous optons donc pour la superbe terrasse du bar, en surplomb de la vallée. Là encore, la gentillesse des personnels nous surprend. Les voici aux petits soins pour nous, proposant leur aide pour la connexion, s'inquiétant de notre confort, multipliant les délicatesses. C'est une exception ??? Eh bien non ! Lorsque nous visitons, le château, les gens que nous rencontrons sont très sympathiques, accueillants.

Vraiment, Marvao est une superbe étape !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site