Pologne

17 août 2009 : Gdansk

Nous sommes partis vendredi de Lyon pour rejoindre notre halte France Passion favorite en Alsace : le domaine du Bollenberg où la charmante Appoline nous a offert une dégustation des vins du domaine..

1 er pépin : Le frigo refuse de fonctionner ! Jean-Paul empoigne derechef la caisse à outils et démonte la sonde de ionisation... Réglages...tentatives... Ouf ! Le frigo fonctionne ! Nous avons pourtant toutes les précautions à bord : sorcières, gromols, ours, Scansen, et le fameux Pygmée du Mali ! Alors...Tout devrait être sous contrôle non ?

Nous sommes partis à travers les vignes pour rendre une visite à la chapelle des sorcières. Las !!! Une pseudo rave party s'installait sur son parvis : nous avons donc rebroussé chemin. Qui ose défier les sorcières ne sait pas ce qui l'attend !

Le lendemain, lever à 6 heures et départ à 7 h pour traverser l'Allemagne d'une traite ! Sur l'autoroute, soudain...la sensation d'être arrêtés...de reculer !!!! Pourtant le compteur indique 110 Km/H ! Alors ? C'est une Mercèdes qui nous a doublés à fond ! Quand çà cabosse, çà doit faire très mal en Allemagne !  Quelques kilomètres avant Berlin, voici notre premier bouchon ! Que se passe-t-il ? Une voiture est dans le fossé de l'autoroute, en sens inverse de la marche ! Est-ce la raison ? Non, c'est encore bouché plus loin. Des gyrophares clignotent... Nous sommes à l'arrêt à 500 m d'une sortie. Elle mène où ? Vite...La carte... Sur une route parallèle qu'on peut suivre pour reprendre l'autoroute plus loin. Mais....c'est quoi ce truc orange qui s'élève au milieu de l'autoroute ?  En camping-car, c'est bien : nous sommes en hauteur et en me hissant sur la pointe des pieds j'aperçois...un hélicoptère qui décolle ! Et l'autoroute complètement coupée par des ambulances ! Alors là !!! Prends la sortie, on file ! Nous voici sur une route à travers la campagne...dans un autre bouchon puisque tout le monde ou presque a fait comme nous. Lorsque nous avons repris l'autoroute quelques kms plus loin, nous avons croisé la dépanneuse. Elle emmenait ce qui devait être une superbe voiture...mais broyée jusqu'au coffre ! Au fait !...Mais...c'est la Mercèdes qui nous a doublé à fond la caisse !!!

Alors les copains...Sur la route prenez votre temps : vous sauverez votre vie et celle des autres !

 

A Berlin, nous avons dormi sur l'une des aires de stationnement indiquée dans CCI ( campingcar-infos) ! Nous étions fatigués donc...No comment ! C'est très propre, avec des sanitaires chauffés, les services, un accueil sympa mais...Nous étions parqués comme sur un parking, à touche-touche. Pourtant, la nuit a été très calme. A 6 heures, pas besoin du réveil ! Les avions ont recommencé à décoller juste au dessus de nos têtes ! Au retour lorsque nous resterons 3 jours à Berlin, nous en choisirons une  autre !

 

L'autoroute nous emmène en Pologne à travers de magnifiques forêts. La chaussée est très dégradée avant la frontière ; les joints de dilatation du goudron sont écartés, l'herbe pousse dans les jointures, les nids de poule sont légion...et çà tape dans le camping -car ! Çà tangue beaucoup !

 

En Pologne, la conduite est sportive : rainures profondes, goudron dégradé et...Le Polonais !

Il est incroyable ! Une bande d'arrêt d'urgence sert, c'est évident, avant tout, à rouler en vélo sur l'autoroute...en sens inverse de la circulation...ou alors, sur la voie rapide, à se garer pour faciliter le dépassement d'un véhicule et comme dans l'autre sens...l'automobiliste procède de même, une « deux voies », large comme une de nos bonnes vieilles départementales, se transforme ...en « 4 voies » ! Le bitume est cher : il faut le rentabiliser ! Donc, le Polonais roule sur toute la largeur ! Rien ne se perd.

Nous avons acheté à un étal en bord de la voie rapide de magnifiques giroles et des myrtilles pour ce soir ! Les 2 Kg pour 8,50 € ! çà décoiffe ! A Gdansk, notre fidèle GPS Tomtom nous a guidés vers le parking indiqué par CCI. Aucun gardien en vue ! Hors de question de passer la nuit dans un coin aussi glauque sans gardien !

Que dit Le Routard ? Ah ! Y'a un camping ! On y va ! Nous voici, stationnés sous les pins, en bord de mer baltique. Le gardien nous donne des publications en français pour Gdansk, le tram est à 5 mn à pied et nous conduit au centre historique en une vingtaine de minutes. Les sanitaires étincellent de propreté et...nous pourrons faire les services du camping-car ! Cool non ? Nous sommes partis nous promener à pied dans la forêt voisine, puis avons rejoint la plage pour un bain de pied dans la Baltique (BBRRR), siroter une méga bière pression sur la plage et...retirer des zlotys dans un distributeur, installé lui aussi sur la plage !!! Stupéfiants ces Polonais ! Toujours l'esprit pratique !

Tout aussi stupéfiantes nos découvertes du jour ! Nous avions remarqué des gens assis à longueur de soirée vers les sanitaires. C'est pour laver au fur et à mesure ? Ben non ! Nous avons fait un bond de 50 ans en arrière. L'eau chaude des douches est réalisée grâce à une authentique chaufferie au charbon avec un vrai chauffeur : un gars tout mâchuré qui jette des pelletées d'énormes blocs de charbon dans le fourneau. On essaiera de le photographier en douce mais çà va être coton. Jean-Paul, en bon technicien du chauffage, a eu le droit de jeter un oeil à la « chaufferie ».

Autre étonnement : le tram ! Il est antédiluvien, bringuebale et grince, ralentit dans les courbes pour éviter le déraillement.

Nous voici au coeur de Gdansk. Les façades des maisons sont superbes, toutes sculptées. Un régal des yeux ! Mais à quel prix ! En 1308, les chevaliers teutoniques ont massacré la population et expulsé les survivants. 50 ans plus tard, Gdansk se soulève et fait allégeance au roi de Pologne. La prospérité est au rendez-vous. Le port est agrandi, la ville aussi : Gdansk était 3 fois plus grande que Varsovie. La Ville sera ensuite occupée par les Prussiens au 19 ème siècle, puis par Napoléon. Ce n'est qu'en 1919 qu'elle sera libre mais sous le nom allemand de Dandzig. Elle sera détruite par les Allemands en 1945 dans leur fuite et, dans la foulée,  par l'armée rouge ! Cette ville martyre a été reconstruite pierre à pierre à l'identique !

1980 : les ouvriers des chantiers navals se révoltent, s'organisent. Ils font appel aux mineurs de Silésie, aux intellectuels de Cracovie, à Lech Valesa. Solidarnosc est né ! La CFDT l'a soutenu. C'est tout naturellement que nous nous sommes rendus sur ces lieux historiques, où les ouvriers ont tant souffert dans leurs « chemins  pour la liberté ». Nous avons acheté un superbe drapeau à une Mamy toute émue de trouver des Français de la CFDT et toute fière d'exhiber un cadeau fait à l'époque de la révolte par des Français : une plaque souvenir en français.

A midi, nous avons déjeuné dans un bar. Ici ce n'est pas un débit de boisson mais une sorte de self. Un Polonais était tout étonné de nous voir déjeuner ici. Il nous a fait part de son incompréhension avec des mimiques éloquentes : un touriste doit aller dans un endroit plus huppé ! N'empêche, nous nous sommes régalé d'un Zraz (viande de boeuf haché, roulée avec de la poitrine fumée et fourrée d'un énorme cornichon) et d'une Kotlet (côte de porc pannée), le tout accompagné d'une purée maison arrosée d'une crème de champignons. Nickel !

Bien sûr, la soirée se terminera au tour d'une vodka polonaise. La vendeuse a ouvert des yeux tous ronds devant le format de bouteille que nous convoitions. Ce n'est pourtant qu'une simple 75 CL ! Il faut dire qu'ici, on peut acheter des bouteilles de 25 CL de vodka !

 

Demain nous nous dirigerons vers la Lituanie et Kaunas.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site